Calendrier

Année universitaire 2018-2019

  • jeudi 25 octobre 2018 (17h30-19h30)

“Écrire le Printemps arabe”
Rencontre avec OMAR ROBERT HAMILTON
Intervenante : Gabrielle Adjerad
Salle Athéna. Entrée libre

Documentariste, journaliste, et auteur d’une œuvre de fiction, Omar Robert Hamilton a publié son premier roman, « The City Always Wins » en 2017 (traduit aux éditions Gallimard dans la collection « Du Monde Entier », « La ville gagne toujours »). Le récit, urgent et immersif, plonge au cœur de la révolution égyptienne, en 2011, pour conduire ses lectrices et ses lecteurs dans les méandres du Caire. Au centre de l’histoire, qui commence après le départ de Moubarak du pouvoir, Mariam et Khalil sont deux militants happés par les espoirs d’un sursaut démocratique. Ils se consacrent à l’écriture de pamphlets et de manifestes, à des actions artistiques publiques, à la création d’une station de radio illégale pour contrer les médias de l’État, mais aussi à soigner les blessés, à libérer des prisonniers. C’est à travers leurs yeux et leurs combats que l’on éprouve tous ces endroits que transforme la révolution : les hôpitaux, la morgue, les rues et les bars de la ville, la place Tahrir bien sûr… Ce roman, écrit dans un style à la fois lyrique et chirurgical, où la fougue des utopies le dispute au cynisme de la réalité, est donc tout autant une manière de reportage politique qu’une confrontation de l’Histoire à la fiction.

  • mercredi 12 décembre 2018 (17h30-19h30)
“Les lieux du savoir”
Rencontre avec JULIE WOLKENSTEIN
Intervenante : Gökçe Ergenekon
Salle du Conseil. Entrée libre
 
Écrivaine, traductrice et universitaire, Julie Wolkenstein est l’autrice de six œuvres de fiction, publiées aux éditions P.O.L, ainsi que d’un essai intitulé « Le mystère du tapis d’Ardabil » (2015). Son écriture, irriguée de ses différentes identités, témoigne d’un intérêt non seulement pour la langue, l’anglais en particulier, et des espaces où il se parle – on pense à la campagne anglaise dans « L’Heure anglaise » (2000), ou encore à Martha’s Vineyard, aux Etats-Unis, où se déroule « L’Excuse » (2008) – mais également pour le sens de la fiction elle-même. En effet, dans tous les romans de Julie Wolkenstein, il est toujours question d’histoires : il s’agit de raconter un récit, mais aussi de raconter le récit, c’est-à-dire comment il se construit, au fil de quels hasards il se noue, avec et contre quels modèles il s’identifie… L’œuvre de Julie Wolkenstein accorde ainsi une importance toute particulière au savoir de la fiction. Preuve en est du genre même du « roman policier », cette forme littéraire qui met en scène la recherche de la vérité et à laquelle l’autrice a souvent recours de manière parodique, dans « Juliette ou la Paresseuse » (1999) par exemple. Preuve en est également de l’univers universitaire, qu’elle représente dans « Colloque sentimental » (2001) et « Les Vacances » (2017). Dans ce dernier roman, Julie Wolkenstein imagine l’enquête menée par deux universitaires, qui partent à la recherche d’un film fantôme de Rohmer : c’est là l’occasion pour l’autrice de s’amuser des travers du monde universitaire qu’elle connaît bien, non sans rappeler le genre du campus novel anglophone. Cette rencontre sera l’occasion d’évoquer avec l’autrice son intérêt pour la littérature de langue anglaise, et les influences de celle-ci sur sa propre écriture, mais également sa représentation de ces lieux où le savoir devient un pouvoir.
 
  • jeudi 31 janvier 2018 (17h30-19h30)
Une royauté sans terre ni pouvoir : les lieux du politique”
Rencontre avec YANNICK HAENEL
Intervenante : Pierre-Victor Haurens
Institut du monde anglophone (5, rue de l’École de Médecine, 75005).
Entrée libre

Année universitaire 2017-2018

  • jeudi 18 janvier 2018 (17h30-19h30)

“Lieux et espaces du pouvoir. Fictions francophones et anglophones contemporaines”

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, Salle Claude Simon

A l’occasion de la première séance du séminaire, nous présenterons les enjeux d’une approche comparée des lieux et espaces du pouvoir dans les fictions anglophones et francophones depuis les années 80 jusqu’aux productions de l’extrême contemporain. Un panorama de quelques textes littéraires permettant l’examen des questions liées à ce thème sera proposé, avant qu’une discussion informelle puisse s’engager autour d’un verre.

  • jeudi 25 janvier 2018 (18h-20h) REPORTÉ À UNE DATE ULTÉRIEURE (début 2019)

“Pensée et représentation de l’urbanité contemporaine”
Rencontre avec BRUCE BÉGOUT
Intervenant : Romain Bertrand

17 rue de la Sorbonne, 75005 PARIS, Salle Max Milner
Entrée libre

Membre du Collectif Inculte, Bruce Bégout publie son premier ouvrage de fiction en 2004 dans la collection Verticales chez Gallimard, intitulé L’Éblouissement des bords de route. Sorte de carnet de voyage dans sa forme, ce premier ouvrage témoigne de l’intérêt constant que l’œuvre de Bruce Bégout porte à l’espace : chambres de motel, stations-service, centres commerciaux, voilà autant de lieux qui jalonnent l’autoroute américaine et le texte de Bruce Bégout. S’en suivront des recueils de nouvelles et des romans, comme par exemple Le ParK (Allia, 2010) ou son récemment paru On ne dormira jamais (Allia, 2017), tous les deux des récits qui rappellent la science-fiction ou le roman spéculatif, et qui font la part belle à une réflexion sur l’espace : tandis que le premier se déroule sur une île qui est la somme de toutes les sortes de parcs imaginés par les hommes, le second se déroule dans une morgue où se trouvent brouiller les frontières entre le vivant et la mort. Également philosophe et enseignant à l’université Bordeaux-Montaigne, le travail de Bruce Bégout s’attache à penser la condition urbaine de l’existence et la signification du quotidien (La Découverte du quotidien. Éléments pour une phénoménologie du monde de la vie, Allia, 2005, ou encore Suburbia, Allia, 2013).

  • jeudi 15 février 2018 (17h30-19h30)

“Écrire l’université dans la fiction contemporaine française”
Rencontre avec SOPHIE MAURER
Intervenante : Louise Piguet

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, salle Athéna
Entrée libre

Sophie Maurer a écrit deux romans, Asthmes et Les Indécidables, publiés aux éditions du Seuil dans la collection Fiction & Cie, ainsi que plusieurs textes pour le théâtre, dont Héméra, pièce qui sera lue pour la première fois au théâtre de Saint Maur, dans le cadre du festival “Bouillon d’auteurs”, le 10 février 2018.
Son œuvre est aussi constituée de créations radiophoniques pour France Culture : elle écrit Regarder aux vitres du train (2013) et L’Apocalypse est notre chance (2017) avec Sylvie Coquart-Morel, feuilleton radiophonique en quinze épisodes (disponible en ligne) qui se déroule dans une université parisienne et où Laura, une doctorante en passe de finir sa thèse, se retrouve mêlée aux conflits qui règnent au sein de l’institution après la mort mystérieuse de son directeur de recherche. Rare fiction autour du monde de l’université dans la littérature francophone qui rappelle le campus novel de la tradition littéraire anglaise, elle ouvre un questionnement autour de la représentation de cet univers comme lieu du pouvoir, mais aussi comme espace soumis au pouvoir politique.

  • jeudi 15 mars 2018 (17h30-19h30)

“Corps et pouvoir en zone de guerre”
Rencontre avec ANUK ARUDPRAGASAM
Intervenante : Marianne Hillion

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, salle Claude Simon
Entrée libre

Anuk Arudpragasam est originaire de Colombo, au Sri Lanka, et vit aujourd’hui à New York, où il prépare une thèse de doctorat en philosophie à l’université de Columbia. Son premier roman, intitulé The Story of a Brief Marriage (2016), traduit en français dans la collection « Du Monde Entier » chez Gallimard, évoque les derniers moments de la guerre civile qui, pendant vingt cinq ans, a déchiré le Sri Lanka. Le récit raconte une journée et une nuit dans la vie d’un jeune homme prénommé Dinesh, réfugié depuis peu dans un campement auprès d’une clinique médicale en zone de guerre. Approché par un vieil homme qui lui propose sa fille en mariage, Dinesh va épouser une jeune femme du nom de Ganga, dans le but de protéger celle-ci des rafles gouvernementales. C’est l’éclosion d’un couple et du désir, ainsi que la redécouverte de gestes humains, comme parler ou se laver, réprimés par le contexte de la guerre, que raconte Un bref mariage, dans cet espace interlope où pèse à chaque instant la menace de la mort.

  • mercredi 04 avril 2018 (17h30-19h30)

« Épopées et grands espaces »
Rencontre avec MAYLIS DE KERANGAL
Intervenante : Chloé Brendlé

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle, salle Claude Simon
Entrée libre

Membre du Collectif Inculte, Maylis de Kerangal publie son premier roman, Je marche sous un ciel de traine, en 2000 aux éditions Verticales ; depuis, elle a écrit une douzaine de fictions, dont les très remarqués Naissance d’un pont (Verticales, 2010), Réparer les vivants (Verticales, 2013) et A ce stade de la nuit (éditions Guérin, 2014), tous trois adaptés au cinéma –ou en passe de l’être.
Ses romans s’intéressent à la mise en rapport des individus, aux réseaux formés temporairement par des inconnus réunis le temps d’une aventure ; dilatant l’espace ou resserrant la narration autour d’un lieu unique, ils mettent en scène des personnages en lutte, explorant les rapports de domination mais présentant aussi des parcours de vie, cheminements d’un épique renouvelé. De Tangente vers l’est (Verticales, 2012), qui raconte un voyage en Transsibérien qui réunit deux âmes en fuite, à Un Chemin de table (Seuil, 2016) revenant sur le parcours professionnel et la trajectoire spatiale de Mauro, cuisinier, le déplacement apparaît comme un moteur fictionnel central.